La psychanalyse est, depuis sa création, tout aussi décriée que critiquée. Bien peu de personnes savent en parler et pourtant, des millions sont régulièrement soignées, libérées et soutenues dans leur quotidien par la psychanalyse et parfois, dans le plus grand secret.

J'ai reçu une formation scientifique, doublée d'un cursus de psychologue clinicien psychanalyste. Expert près la Cours d'Appel de Versailles et chargé d'enseignement à l'Université Paris 7 Diderot, je voudrais répondre ici en quelques phrases simples, aux questions légitimes que se pose celui qui n'a de la psychanalyse qu'une connaissance médiatico-médiatique issue de l’internet ou de ceux qui ne l’auront ni étudiée, ni éprouvée, ou pire encore, qui ne connaissent rien à la prise en charge psychothérapeutique.

Si mon approche de la psychologie est d'orientation psychanalytique, c'est que j'ai constaté, devant moi, face à moi, comme beaucoup d'autres professionnels, parfois issus de la médecine, que les principes de la psychanalyse éclairent et soignent la souffrance humaine. Il n'y a pas d'autre raison. Il ne s'agit pas là d'une croyance, ou d'un prêche, mais du métier que je pratique et qui me met en contact avec des personnes en souffrance depuis de nombreuses années. La psychanalyse s'impose comme toutes les sciences, en perpétuel mouvement. Les technologies sont en lien avec la médecine, comme l’est la psychanalyse, qui toujours vient éclairer le fonctionnement de la psyché humaine.

 

Je réponds ici à ces questions dans un dialogue imaginaire, comme elles pourraient se poser lors des premières années d'études à L'Université à ceux qui décident d'aborder le métier de psychologue. Mais ces questions sont aussi celles de ceux qui s'interrogent sur ce que renferme cette méthode analytique qui demeure l'une des plus passionnante de l'histoire du soin, et à laquelle la médecine vient discrètement se nourrir depuis des siècles, tout en en critiquant parfois l'efficience. Freud était un neurologue, il puisa et structura la méthode analytique afin de soigner là où la médecine de son temps était totalement inefficace. Lacan était un médecin psychiatre. Il fit de même face à l'innocuité de certaines prises en charges et à l’absence de véritable modèle clinique et étiologique. Aujourd'hui, malgré les récentes découvertes, l'imagerie médicale, les neurosciences, etc... c’est toujours le cas : Le modèle de la médecine seule demeure incompétente devant la maladie psychique, elle peut au mieux, en faire taire les symptômes : la boulimie, l'anorexie, la dépression, la psychose, les syndromes post-traumatiques, l'addiction, le suicide... La psychanalyse propose un modèle scientifique de l'appareil psychique qui n'a pour l'instant, aucun équivalent, ni en terme de clinique, ni en terme d'explications étiologiques des troubles.

 

à quoi ça sert de parler ?

Parler de la parole c'est comprendre que le discours renferme plus de dimensions que le seul sens qu'on pense lui donner, il existe donc une partie de ce qui est dit qui nous échappe, c'est certainement ce qui nous distingue encore d'une machine. Or, c'est ce qui pose problème : certains pensent qu'ils suffit de s'exprimer clairement pour être compris. Une fois de plus, ce mode d'échange est celui de l'informatique, non celui des êtres humains. Comme dans la parole, nos actes, nos choix, nos engagements, nos répétitions, nous échappent pour partie. C'est une idée particulièrement dérangeante pour certains, que de penser qu'ils n'ont pas tout pouvoir sur ce qui motive les actes et que cela demande un effort pour y accéder, et tenter de comprendre pourquoi l'on répète et l'on échoue. D'autres se questionnent sur leurs échecs, leurs répétitions, impasses et entraves et la source de leurs souffrances, et souhaitent véritablement se sortir de ces situations.

Qui peut nier la force de la parole ? Dans l'interdit, dans les soins de la mère, dans celle du grand-père ou de l'être aimé, celle qui détruit et avilisse, celle qui reconstruit, qui libère et qui dévoile, celle qui construit le corps et qui le meurtrit... la parole absente qui plonge dans d'obscurs abîmes de déréalité, et puis cette parole qui nous échappe toujours, preuve d'une perte, d'une séparation. Pour faire simple, le psychanalyste écoute le discours en filigrane, celui qui se raconte au-delà de ce qui est dit, il écoute TOUTE la parole de l'analysant,  ce qu'il tente de dire sans y parvenir, ce à quoi il tente d'accéder lui-même mais qu'il ne peut entendre (et qui le fait souffrir), ce qu'il aurait voulu dire à un autre, et qu'il va enfin dire ici... et surtout, aux liens, aux associations qui vont surgir lors de la séance entre les phrases et les mots, et à leur conséquence qui laisse entrevoir les mécanismes inconscients et leurs répétitions.

 

la psychanalyse est-elle une science exacte ?

La psychanalyse n'est pas plus une science exacte que la médecine, mais elle s'articule avec les connaissances médicales et offre une lecture étiologique et une méthode.

La psychanalyse est, et demeure à contre-courant, pour une raison assez simple : elle tente de libérer les hommes et les femmes en donnant accès à leur propre destin, et à travers ce même mouvement, elle s’attaque à ce qui fait souffrir et entrave ce but. C'est en grande partie la raison des polémiques autours de la psychanalyse. Elle réclame de la part de l'analysant, une position d'humilité et de courage.  

 

la psychanalyse est-elle réservée à une élite ?

Il n'est pas simple de parler de ce qu'est la psychanalyse car elle ne se vend pas, elle ne demande rien, ne revendique rien sinon la possibilité pour chacun de choisir son destin. Elle est efficace en redonnant à la personne le contrôle de sa vie sans l'aide d'une quelconque industrie ou institution.

Au fil des années, j'ai observé la violence des attaques envers la psychanalyse, cela à toujours été le cas. On attaque  ses représentants sans même en avoir étudié les travaux, Freud, Lacan, Winnicott, Mélanie Klein et tant d'autres... pour y préférer les discours simplistes des marchands, interdisant du même coup au plus nombreux, l'accès à ces soins.

De formation scientifique, voici pourtant plus de 30 ans que j'en traverse l'acuité et la véracité clinique sans jamais y avoir constaté aucune impasse tant sur le plan théorique que psychothérapique. La psychanalyse n'est donc pas réservée à une élite intellectuelle argentée, elle se pratique encore dans certains Centres Médicaux Psychologiques (CMP) et est donc prise en charge par la sécurité sociale dans ce cadre. Le fait qu'elle soit de moins en moins présente dans les centres  médicaux et qu'elle ne soit pas remboursée en cabinet privé est un choix politique.

 

les psy sont des escrocs, c’est une croyance !

Les psychanalystes sont décriés, ridiculisés, caricaturés, tant mieux. Leur formation universitaire à la psychologie est  rendue toujours plus ardue et elle est une référence dans le monde scientifique au point que la formation des psychiatres demeurant incomplète face aux maux du psychisme, nombreux se forment à la psychanalyse, tentant de parfaire une formation bien pauvre en terme d'étiologie et de clinique, se raccrochant à la neuropsychologie afin de vérifier des thèses défendues par Freud il y a plus d'un siècle.

Aucune psychiatrie n'est en mesure de traiter la plupart des affections communes sauf à (parfois) éradiquer leurs seuls symptômes au prix de traitement chimiques très coûteux en terme d’effets secondaires métaboliques, psychiques et financiers. 

La psychanalyse vient justement s’articuler avec la médecine tout en positionnant le praticien à une place exactement opposée… oui je sais, c’est compliqué. 

Le patient qui souffre consulte t'il un psychologue ou son médecin de famille ? Vous avez la réponse ? Alors en qui croit-il ?

Nous vivons une époque de la religion médicale et scientiste. L’espérance en un monde apaisé et heureux nourri par les progrès de la science et de la médecine est une utopie. Depuis Copernic, puis Einstein, nous savons que tout modèle scientifique est une oeuvre de construction transitoire. La psychanalyse raconte l'homme en ce qu'il est un être de langage et de pensée. Elle libère justement de la croyance et émancipe en proposant à chacun de se rendre autonome et libre. C'est en cela qu'elle est une science au sens éthique de ce mot et qu'elle demeure une méthode résolument subversive.

 

Pour aller plus loin :

Lien consœur : Marianne Carabin, Psychanalyste, Qu'est-ce que la psychanalyse ?

Un ouvrage passionnant de Simone Korff-Sausse,  Dialogue avec mon psychanalyste, paru en 2005

Simone Korff-Sausse est psychanalyste, membre de la SPP. Docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, elle est maître de conférence à l'université Denis Diderot Paris 7. Elle a une longue expérience auprès de personnes handicapées et de leur famille. Elle a notamment publié Le miroir brisé, l'enfant handicapé, sa famille et le psychanalyste (Paris, Calmann-Lévy, 1996) et, avec Cécile Herrou, L'intégration collective de jeunes enfants handicapés (Toulouse, érès, rééd. 2007) sur son expérience dans la halte-garderie La maison Dagobert.

Alain Vanier, Une introduction à la psychanalyse, ed. Armand-colin. A. Vanier est Docteur en médecine (AIHPP, Ancien Psychiatre des Hôpitaux), docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, Habilitation à diriger les recherches. Il commence une analyse en 1970 et fréquente l'École freudienne de Paris. Il est aujourd'hui analyste membre d'Espace analytique (A.F.P.R.F)

 
Pin It