Psychologue Séances par INTERNET

SI VOUS N’AVEZ JAMAIS RENCONTRE LE PSYCHOLOGUE

La prise de rendez-vous se fait par téléphone au 01 86 95 35 73.
Un premier entretien en présentiel est préconisé.
Vous pouvez aussi contacter le cabinet et remplir la fiche de premier contact en cliquant ici

 

MODALITÉS

  • vous devez disposer d’un compte SKYPE  (téléphone ou ordinateur) que vous pouvez ouvrir en téléchargeant l’application sur le site de Microsoft.
  • Envoyez l’adresse email utilisée sur votre compte SKYPE par SMS au secrétariat.
  • vous devez disposer d’un téléphone portable ou de préférence d’un ordinateur avec WEBCAM.
  • IMPORTANT : privilégiez le casque/écouteur (filaire ou non), connecté à votre ordinateur / téléphone
  • dans la mesure du possible, accordez-vous 2 ou 3 minutes d’isolement avant la séance
  • pour le règlement,  un lien PAYPAL vous sera envoyé par SMS ou Mail.

 

Webcam setup example

Isolez-vous. Placez vous à environ 1,50 de la caméra, face à une source de lumière.
La caméra elle, lui, ne doit PAS être face à la lumière.
Ne placez pas de source de lumière derrière vous (ni lampe, ni fenêtre…).

IMPORTANT : Utilisez de préférence un casque / oreillette / micro.
Vous pouvez être assis à un bureau, mais essayez de privilégier une position et une situation
équivalente à celle de votre séance habituelle ou si c’est la première séance, sur un siège confortable.

Envoyez l’adresse email utilisée dans votre compte SKYPE avant la séance et le psychologue va vous contacter par SKYPE à l’heure prévue.

Relations numériques

Publié aux éditions Deboeck Supérieur 2018 ” Des mondes numériques au passage à l’acte “  est un ouvrage à destination des universitaires et des chercheurs mais aussi de toute personne souhaitant comprendre le rôle du numérique dans les mécanismes psychologiques, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes.

Les objets numériques sont de formidables outils à communiquer, à jouer, à créer, à rêver. Ils occupent notre espace professionnel, personnel, sentimental, jusqu’à s’immiscer dans l’intimité la plus secrète de nos vies.

Existe-t-il une dépendance et peut-on parler d’addiction ? Comment déceler chez les jeunes enfants ou les adultes, un trop grand investissement de ces objets, jusqu’à provoquer une altération de la perception du réel ? Comment ces outils peuvent-ils déclencher un acte auto ou hétéro-agressif, voire dans certains cas, un crime ?

À travers de nombreuses vignettes cliniques, une approche illustrée et pratique, cet ouvrage parcourt les concepts de la psychologie clinique et fournit de nombreuses explications, pistes étiologiques et solutions permettant de se situer dans le continuum entre normal et pathologique. Au cœur de cet ouvrage se pose la question du rapport aux autres et au monde, la manière dont nous percevons notre environnement et la place que peuvent prendre ces objets numériques dans cet environnement.
De Platon à Freud ou de Nicéphore Niépce à Mark Zuckerberg, un même fil conducteur, celui d’une interrogation sur la représentation du monde. Cette question sur notre perception, nos sens, notre capacité à circonscrire notre environnement en un tout que l’on qualifie de réel, mais qui toujours échappe. Penser un instant que les outils technologiques pourraient permettre de toujours mieux appréhender le réel, de le rendre plus présent, plus palpable ou observable, est une hérésie. Mais en tentant de les substituer à notre expérience du réel, nous ouvrons une porte entre deux mondes que certains franchirons. Dans quelles circonstances ? C’est à cette question que cet ouvrage tente de répondre, appuyé sur une clinique riche et contemporaine.

Cet ouvrage s’oppose donc radicalement au discours alarmiste de certains avis quant aux prétendues addictions et troubles liés à l’usage abusif de ces technologies. Il ne s’agit pas non plus d’un ouvrage de consignes à destination des autorités, fussent-elles parentales. Il ne peut d’ailleurs en être question dès lors qu’on s’intéresse à la richesse de l’articulation de ces usages et surtout au rôle parfois anaclitique de ces objets numériques, qui permettent au sujet, enfant, adolescent, adulte, d’étayer un psychisme en quête de suppléance. Bien au contraire, il s’agit là d’une étude étiologique de ces usages, une analyse de leur indéniable richesse thérapique, mais aussi des mécanismes pouvant  conduire à une perte de repères, voire au passage à l’acte. De fait, le rapport individuel au numérique révèle les efforts et les carences, les tentatives courageuses plus ou moins réussies de maintien d’une homéostasie, un équilibre psychique là où règne parfois le chaos.

En tout état de cause, ces outils numériques constituent une articulation spécifique au réel, touchant non seulement à la confrontation du principe de plaisir au principe de réalité, mais aussi, à la représentation du corps, au rapport au monde et à sa scène, ainsi qu’à la structure même du sujet.
L’usage de ce que les industriels nomment réalité virtuelle, réalité augmentée, réalité immersive, interface homme-machine… constitue un corpus particulièrement riche pouvant éclairer la clinique.
Il s’agit donc d’en comprendre les arcanes phénoménologiques, sémiologiques et sémantiques et d’en extraire les éléments d’une psychopathologie adaptée.

Notre vie numérique

Les jeux vidéo comme notre usage des outils numériques constituent avant toute chose une mine d’informations primordiales dans l’accès au psychisme des enfants comme des adultes. Facebook, Twiter, Youtube, les jeux vidéo… il est parfois difficile de couper le lien avec ces objets technologiques sans provoquer de véritables effondrements. La pratique intensive

s’accompagne parfois de troubles physiques, d’un repli et dans certains cas, d’une désocialisation et d’une déscolarisation, mais cette activité est aujourd’hui un outil d’accès aux conflits qui sous-tendent cette pratique.

Pour ma part, j’utilise parfois les jeux vidéo dans mon cabinet selon un dispositif adapté, cadré et psychothérapique.

Il existe une multitude de réponses quant à la nature de l’incidence de ces objets numériques sur notre état psychique. Bénéfiques ou catastrophiques sur l’évolution de nos sociétés, il convient avant tout de s’intéresser à la personne utilisatrice et à sa spécificité afin de ne pas sombrer rapidement dans des spéculations d’ordre moral. Le travail du thérapeute est de comprendre la place de ces outils et de savoir comment ils s’articulent avec la structure de la personne et ses moyens de défense. On cherche trop souvent à bannir ou diminuer l’usage de ces outils mais cette solution ne peut être appliquée sans comprendre la fonction du virtuel dans l’équilibre de la personne. L’usage des jeux vidéo est un indice éclairant. Il convient donc d’en connaitre les principes avant d’envisager une incidence sur le temps passé devant les écrans.

Plus généralement, récréatif ou autre, le jeu a toujours une fonction mais concernant le jeux vidéo et plus encore, la pratique compulsive de l’internet, il ne peuvent être pris en charge sans une connaissance et une maîtrise d’une clinique spécifique.