Le Psy et la déontologie

Le métier de psychologue implique le respect de nombreuses directives édictées par le code de déontologie du psychologue. Ce code qui protège le patient doit s’imposer quelle que soit l’orientation du psy, comportementaliste, psychanalytique ou autre. Ce code est aussi un guide du praticien soucieux de la nature du rapport transférentiel qui

se révèle dès le premier entretien.

La formation avant tout

Article 1
L’usage du titre de psychologue est défini par la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 publiée au J.O. du 26 juillet 1985. Sont psychologues les personnes qui remplissent les conditions de qualification requises dans cette loi. Toute forme d’usurpation du titre est passible de poursuites.

Pour le résumer en quelques points importants, la déontologie du psychologue décrit la “bonne distance” qui doit s’imposer et spécifier la typologie du rapport thérapeutique. Le psychologue est un professionnel de santé diplômé d’État qui dans le cas des psychologues psychanalystes se double d’une connaissance des enjeux inconscients du rapport particulier de cette situation.

En effet, le psychologue psychanalyste, de par le travail qu’il aura lui-même effectué “sur le divan”, sait combien ce rapport si unique, si riche, si proche, ne peut être confondu avec une relation amicale ou amoureuse même si elle en prend la couleur pour le patient. C’est en étant attentif à la nature de cette relation et en soutenant son patient dans le cadre d’une méthode thérapeutique que le praticien peut aider et soutenir son patient. En psychanalyse comme en psychologie, il s’agit de relations humaines et il n’est pas toujours simple de garder une bonne distance avec les personnes en grande souffrance, mais l’implication personnelle du praticien dessert toujours le patient et fait obstacle à ses capacités méthodologiques, révèle aussi ses carences. De plus, le praticien doit être conscient qu’un lien trop fort avec un patient ne permettra pas à celui-ci de se libérer et de gagner en autonomie, ce qui est finalement le but de la thérapie. La trop grande proximité est souvent la marque d’un manque de professionnalisme, comme la trop grande distance d’ailleurs. Ce que vient déposer un patient chez un psychologue est d’une nature confidentielle, secrète, intime et surtout encadrée, hors de toute prérogative sociale. Le paradoxe est qu’afin d’en garantir la nature thérapeutique, le praticien doit se servir de ce qu’il ressent pour un patient comme d’une source d’informations cliniques. Ce qui ne signifie pas qu’il n’est pas touché par cette relation. C’est là toute la formation du praticien que de maintenir le patient au centre du travail et non lui-même et son propre ressenti brut comme source de diagnostic. Le praticien est à même de décoder un sémiologie (étudier les signes) afin de traduire un sentiment (de bizarrerie, de décalage) en un élément propre à éclairer la méthode thérapeutique.  Ainsi, si la question se pose dans le cadre des mouvements transférentiels positifs, elle doit aussi se poser lors de phases oppositionnelles ou d’agressivité, de défense ou de résistance envers le praticien, mouvements qui ne maqueront pas d’émailler le travail thérapeutique. Le praticien formé est là pour recevoir ces mouvements comme d’autres, et ils servent alors le travail thérapeutique.

Conséquences pratiques

Le praticien ne peut entretenir de rapports personnels avec un patient, sauf à sortir du cadre thérapeutique. Le psychologue travaille avec la parole. La trop grande proximité physique n’est pas possible. Un praticien ne peut donc prendre en thérapie un ami ou un proche. Il n’est pas possible d’entreprendre un travail thérapeutique avec un couple si l’un des deux patients est déjà en travail chez le même thérapeute…

Le psychologue tient ses compétences de connaissances théoriques régulièrement mises à jour, d’une formation continue et d’une formation à discerner son implication personnelle dans la compréhension d’autrui. Chaque psychologue est garant de ses qualifications particulières et définit ses limites propres, compte tenu de sa formation et de son expérience. Il refuse toute intervention lorsqu’il sait ne pas avoir les compétences requises.” Cet article met l’accent sur les dérives qui émaillent souvent le discours psychologique, comme d’ailleurs le discours médical. Le professionnel de santé ne doit jamais être dans la toute puissance de sa méthode. Il doit toujours s’inscrire dans un parcours au sein d’autres praticiens certifiés. L’absence de formation diplômantes certifiées n’est donc pas seulement le signe d’une absence de compétence mais surtout, l’indice d’une incapacité à s’inscrire dans un référentiel partageable par d’autres professionnels de santé à travers un socle commun de connaissances et un vocabulaire commun (une nosographie). La confidentialité absolue et le cloisonnement de ce qui se joue en thérapie ne signifient pas un isolement du thérapeute. “ Le psychologue peut éclairer sa décision en prenant conseil auprès de collègues expérimentés.” (Article 13)

Le psychologue a une responsabilité dans la diffusion de la psychologie auprès du public et des médias. Il fait de la psychologie et de ses applications une présentation en accord avec les règles déontologiques de la profession. Il use de son droit de rectification pour contribuer au sérieux des informations communiquées au public. Cet aspect du travail est complémentaire d’une remise en question constante du travail psychothérapique. Le psy doit savoir étayer ses travaux par une maîtrise des concepts et des méthodes qu’il applique. Une communication aux parents est par exemple indispensable lors de la prise en charge d’un enfant. Il importe d’adapter son discours aux parents afin qu’ils comprennent la nature des difficultés que l’enfant traverse. Le psy doit savoir s’appuyer sur des confrères du parcours de santé : psychomotriciens, orthophonistes, ergothérapeutes, mais aussi médecins traitants ou psychiatres en sachant transmettre les données cliniques du patient. D’autre part, la publication d’articles et d’ouvrages, la rédaction d’un blog ou d’un site (comme celui-ci) permet de comprendre l’ “orientation” du psy. Ses diplômes et titres doivent être consultables (un psychologue est toujours enregistré à l’ARS à travers un numéro ADELI).

Mais dans un monde de youtubeurs qui accorde souvent plus d’importance au faire savoir qu’au savoir faire, il convient de se méfier d’une communication trop importante ou trop simpliste. J’ai pour habitude de conseiller à mes interlocuteurs de se méfier de la psychologie de magazine et des raisonnements trop  facilement compréhensibles par tous, trop évidents. Il s’agit toujours d’effets de mode, de démarches à visées publicitaires ou commerciales. La psychologie humaine est complexe et s’inscrit dans une histoire. La déontologie du psychologue est aussi de se tenir éloigné des modes et courants, quitte à rester le seul à défendre l’intérêt du patient. La mode est aujourd’hui à l’approche comportementale et à la culpabilisation. L’injonction à être heureux, à gérer son stress, à être calme, à la méditation, à s’accorder du temps, à être à l’écoute de son corps, à s’aimer soi-même, à l’hypnose… bref, à éviter tout questionnement sur l’étiologie de ces manifestions, les raisons de ces troubles, leur histoire… un repli sur JE plutôt qu’une interrogation sur Moi… Or le comportement n’est pas le psychisme, il n’en est que la manifestation… Se tenir à une déontologie c’est aussi ne pas répondre aux sirènes de ces sollicitations et de ces courants pour y préférer la démarche thérapeutique, le bien de ses patients tout en demeurant critique envers sa propre pratique.

Le Code de Déontologie des Psychologues (France)

Un psy diplômé, pourquoi ?

Qu’il s’agisse de la psychanalyse ou de la médecine, celui qui souffre et confie son corps ou son esprit au soignant, accorde aussi sa confiance et un certain pouvoir, une autorité. Dans le cas de la psychologie, il n’est pas facile de choisir un praticien. Le titre universitaire revêt plusieurs aspects qu’il n’est pas simple de comprendre… Revendiquer une approche humaniste ne fait pas une compétence, la compétence n’est pas le savoir. Le savoir n’est pas

l’intelligence. L’intelligence n’est pas l’empathie… Alors, à quoi sert un diplôme ?

Combien de médecins sont sensibles à la dimension psychologique de leur position ? Sont-ils formés à psychothérapie ? Aux méthodes pouvant faciliter l’annonce d’une grave maladie ou d’une situation dépassant leur compétence, à la notion d’incertitude en certains domaines ? Les médecins n’ont aucune formation en psychologie clinique.

 Premier point : le savoir

Le diplôme n’est qu’une partie de la formation du soignant. Sans la mémorisation du savoir qu’il implique, il n’est pas possible d’exercer un métier de ce type. Mais de quel savoir parle-t-on ? Celui des pairs, ceux qui auront stabilisé les connaissances afin de les transmettre, appuyées sur une épistémologie solide et un empirisme débattu et argumenté.

Le savoir peut parfois se transmettre autrement qu’à travers l’Université ou les écoles d’État. Il est aussi possible d’acquérir ces connaissances grâce à la transmission orale, à l’étude personnelle ou au parcours de vie. Mais qui pourrait de nos jours confier une opération chirurgicale à une personne ne possédant pas un diplôme de médecine ? Il en va de même pour la psychologie clinique et les méthodes psychothérapiques. Dans ce domaine, la France ne simplifie pas l’accès à la compréhension de ce qu’implique ce titre protégé de Psychologue clinicien. Ce flou ne simplifie pas non-plus les prises en charge et entrouvre la porte de prestataires  jouant ainsi sur le terme “psy” ou “pratiquant la psychologie xxxx“, “Psychothérapie analytique“, “Psychopraticien…” (en prenant soin de ne pas dire PsyCHOLOGUE)… On y ajoute souvent diverses approches d’écoles privées, PNL, Hypnose, Approche Jungienne… tout cela sans aucune cohérence référentielle ni formation universitaire, laquelle est effectivement ardue (d’où la présence d’écoles privées qui ne donnent pas droit au titre de psychologue).

Or il n’existe qu’un seul titre, celui de Psychologue, auquel on aura ajouté “Clinicien”, praticien pourvu d’un numéro ADELI délivré par l’Agence Régionale de Santé (que vous pouvez réclamer lors de votre première visite).

Pourquoi le cursus de psychologue est-il si important ?

S’il implique une masse de savoir sur un minimum de 5 années dans le cadre d’un Master 2  (Neuro, Génétique, psychologie du travail, psychologie dans le champ social, épistémologie, phénoménologie, psychanalyse…), il implique aussi une expérience de terrain OBLIGATOIRE en institution (HP, CMP…). Cette expérience est non seulement passionnante, mais formatrice quant à la prise en charge de la psychopathologie dans le cadre institutionnel, et elle apprend au professionnel à s’inscrire dans un parcours de santé au milieu des autres professionnels de santé, et c’est indispensable , tant d’un point de vue thérapeutique, déontologique, que social ou judiciaire.

Second point : l’expérience de la prise en charge en institution

La formation universitaire est composée de stages en institutions hospitalières sur plus de 850 heures en équipes encadrées par des tuteurs et des référents médecins. Ce parcours est non seulement formateur et riche en expériences, mais il impose au futur psychologue, une capacité à dialoguer avec les médecins dans le cadre de prises en charge pluridisciplinaires, à en comprendre aussi les mécanismes gestionnaires et industriels, éthiques et moraux. En France, les services médicaux publics sont, à de rares exceptions près, dirigés par des chefs de service médecins…

Mais qu’en est-il de la psychanalyse ?

Historiquement, la psychanalyse fut transmise à travers un enseignement distinct de la médecine, ou en complément. Or elle fut (et reste encore) la seule approche pouvant proposer une représentation de l’être humain en tant que Sujet, de la personne, dans son ensemble psychique et somatique : « Il nous a fallu bien peu de temps pour nous apercevoir que nous étions maladroits dans le maniement des rapports humains et que nous semions ainsi autour de nous beaucoup de malheur. C’est pourquoi je cherchais depuis longtemps quelqu’un en possession de techniques psychologiques adaptées à ma demande. […] Je voulais tout d’abord savoir comment se construisait et se transformait l’image de la maladie dans l’esprit des mères et des pères de famille et dans celui de mes jeunes malades eux-mêmes au cours d’une affection chronique à évolution à peu près certainement ou certainement mortelle. » Le psychiatre J. Lacan, « La place de la psychanalyse dans la médecine », discours au Collège de médecine en 1966.

Ce fut alors une volonté éthique et déontologique (voire politique) que de définir la spécificité de la psychanalyse ainsi que la position particulière du psychanalyste, qui, par de nombreux aspects, se distingue de celle du médecin. Si le passage par sa propre psychanalyse demeure une condition indispensable pour être psychanalyste, la nécessité d’un encadrement et d’un titre apparurent rapidement et fut l’objet de véritables débats.

La psychologie clinique s’est structurée à partir du 19ème siècle sous l’influence de psychologues d’orientation psychanalytique qui souhaitaient mieux délimiter leur domaine d’intervention. La psychologue psychanalyste Danièle Brun explique ainsi : “La médecine, à quelque époque que ce fût, n’a, il est vrai, jamais rien voulu céder de son hégémonie sur le corps. À la fin du 19ème siècle, il a fallu toute l’énergie et la détermination d’un Freud pour prendre ses distances et pour sortir l’hystérie du champ de la médecine qui se montrait impuissante depuis de longues années pour ne pas dire des siècles à la guérir. La psychanalyse a donc trouvé ses assises sur une reconnaissance de la distinction entre lésionnel et fonctionnel au nom de laquelle l’hystérie perdit son statut de maladie organique. Rien de tel apparemment en pédiatrie où les maladies graves ont longtemps mené les enfants à la mort jusqu’au moment où les progrès thérapeutiques aidant, l’obtention de leurs survies prolongées puis définitives s’est accompagnée d’une prise de conscience de l’influence des parents sur le devenir de la maladie guérie et, plus généralement, des effets de la maladie sur leur destin.” Revue en ligne CAIRN

Aujourd’hui, la psychologie clinique est un enseignement distinct de la médecine. Il n’y a ABSOLUMENT AUCUN enseignement de psychologie ou de psychanalyse dans le cursus de médecine, ni même dans celui de psychiatrie. On se contente d’énoncer quelques concepts de base. De fait, il n’existe quasiment plus de psychologues dans les services hospitaliers, en particulier en psychiatrie. De nombreux médecins sont pourtant de farouches défenseurs de la psychanalyse et ne ménagent pas leurs critiques envers les errements de la médecine et le manque de formation et à juste titre, mais rien ne semble faire bouger les lignes.

L’orientation psychanalytique est encore enseignée car elle constitue un socle de la compréhension psychologique (comme à L’université PARIS 7 Diderot jusqu’en 2017, aujourd’hui fusionnée avec Paris 5, ou à Lyon 2). Elle incite à une véritable articulation des savoirs, bien au-delà des approches médicales, comportementales ou neuro-cognitives de la personne.

Troisième point : Plus que le Savoir, la Position

L’incapacité des récents gouvernements à accorder un remboursement minimum à l’indispensable prise en charge en cabinet privé de psychologie en dit long sur la place qu’on accorde aujourd’hui à cette centrale et indispensable profession. Mais cette confusion entre l’absence de formation universitaire donnant officiellement droit à l’usage du titre de psychanalyste et celui de psychologue diplômé d’État, pose aujourd’hui problème, même si, c’est indéniable, les plus compétents psychanalystes œuvrent chaque jour en cabinet privé. En effet, de nombreux éminents psychanalystes n’auront pas suivi de cursus universitaires, mais un enseignement auprès de leurs pairs ainsi qu’au fil de leur propre psychanalyse. Mais, aujourd’hui le savoir n’est plus hiérarchisé, la chute de la dimension symbolique de la connaissance et de la transmission, et le flou institutionnel profitent à de nombreux marchands qui singent la psychanalyse sans en comprendre les enjeux. Le diplôme universitaire de psychologue s’impose alors comme une formation qualifiante indispensable à tout psychanalyste.

Il me semble donc nécessaire, aujourd’hui, pour les psychanalystes, comme pour les personnes souhaitant pratiquer la psychologie, d’être Diplômés et d’avoir reçu plus que le savoir, l’expérience de la clinique et de la prise charge dans le cadre du parcours de santé, afin de s’articuler à d’autres praticiens, dans un respect que l’on peut souhaiter réciproque.
 

Relations numériques

Publié aux éditions Deboeck Supérieur 2018 ” Des mondes numériques au passage à l’acte “  est un ouvrage à destination des universitaires et des chercheurs mais aussi de toute personne souhaitant comprendre le rôle du numérique dans les mécanismes psychologiques, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes.

Les objets numériques sont de formidables outils à communiquer, à jouer, à créer, à rêver. Ils occupent notre espace professionnel, personnel, sentimental, jusqu’à s’immiscer dans l’intimité la plus secrète de nos vies.

Existe-t-il une dépendance et peut-on parler d’addiction ? Comment déceler chez les jeunes enfants ou les adultes, un trop grand investissement de ces objets, jusqu’à provoquer une altération de la perception du réel ? Comment ces outils peuvent-ils déclencher un acte auto ou hétéro-agressif, voire dans certains cas, un crime ?

À travers de nombreuses vignettes cliniques, une approche illustrée et pratique, cet ouvrage parcourt les concepts de la psychologie clinique et fournit de nombreuses explications, pistes étiologiques et solutions permettant de se situer dans le continuum entre normal et pathologique. Au cœur de cet ouvrage se pose la question du rapport aux autres et au monde, la manière dont nous percevons notre environnement et la place que peuvent prendre ces objets numériques dans cet environnement.
De Platon à Freud ou de Nicéphore Niépce à Mark Zuckerberg, un même fil conducteur, celui d’une interrogation sur la représentation du monde. Cette question sur notre perception, nos sens, notre capacité à circonscrire notre environnement en un tout que l’on qualifie de réel, mais qui toujours échappe. Penser un instant que les outils technologiques pourraient permettre de toujours mieux appréhender le réel, de le rendre plus présent, plus palpable ou observable, est une hérésie. Mais en tentant de les substituer à notre expérience du réel, nous ouvrons une porte entre deux mondes que certains franchirons. Dans quelles circonstances ? C’est à cette question que cet ouvrage tente de répondre, appuyé sur une clinique riche et contemporaine.

Cet ouvrage s’oppose donc radicalement au discours alarmiste de certains avis quant aux prétendues addictions et troubles liés à l’usage abusif de ces technologies. Il ne s’agit pas non plus d’un ouvrage de consignes à destination des autorités, fussent-elles parentales. Il ne peut d’ailleurs en être question dès lors qu’on s’intéresse à la richesse de l’articulation de ces usages et surtout au rôle parfois anaclitique de ces objets numériques, qui permettent au sujet, enfant, adolescent, adulte, d’étayer un psychisme en quête de suppléance. Bien au contraire, il s’agit là d’une étude étiologique de ces usages, une analyse de leur indéniable richesse thérapique, mais aussi des mécanismes pouvant  conduire à une perte de repères, voire au passage à l’acte. De fait, le rapport individuel au numérique révèle les efforts et les carences, les tentatives courageuses plus ou moins réussies de maintien d’une homéostasie, un équilibre psychique là où règne parfois le chaos.

En tout état de cause, ces outils numériques constituent une articulation spécifique au réel, touchant non seulement à la confrontation du principe de plaisir au principe de réalité, mais aussi, à la représentation du corps, au rapport au monde et à sa scène, ainsi qu’à la structure même du sujet.
L’usage de ce que les industriels nomment réalité virtuelle, réalité augmentée, réalité immersive, interface homme-machine… constitue un corpus particulièrement riche pouvant éclairer la clinique.
Il s’agit donc d’en comprendre les arcanes phénoménologiques, sémiologiques et sémantiques et d’en extraire les éléments d’une psychopathologie adaptée.

Qu’est ce que la psychanalyse ?

La psychanalyse est, depuis sa création, tout aussi décriée que critiquée. Bien peu de personnes savent en parler et pourtant, des millions sont régulièrement soignées, libérées et soutenues dans leur quotidien par la psychanalyse et parfois, dans le plus grand secret.

J’ai reçu une formation scientifique, doublée d’un cursus de psychologue clinicien psychanalyste. Expert près la Cours d’Appel de Versailles et chargé d’enseignement à l’Université Paris 7 Diderot, je voudrais répondre ici en quelques phrases simples, aux questions légitimes que se pose celui qui n’a de la psychanalyse qu’une connaissance médiatico-médiatique issue de l’internet ou ceux qui ne l’auront ni étudiée, ni éprouvée, ou pire encore, qui ne connaissent rien à la prise en charge psychothérapeutique.

Si mon approche de la psychologie est d’orientation psychanalytique, c’est que j’ai constaté, devant moi, face à moi, comme beaucoup d’autres professionnels, parfois issus de la médecine, que les principes de la psychanalyse éclairent et soignent la souffrance humaine. Il n’y a pas d’autre raison. Il ne s’agit pas là d’une croyance, ou d’un prêche, mais du métier que je pratique et qui me met en contact avec des personnes en souffrance depuis de nombreuses années. La psychanalyse s’impose comme toutes les sciences, en perpétuel mouvement. Les technologies sont en lien avec la médecine, comme l’est la psychanalyse, qui toujours vient éclairer le fonctionnement de la psyché humaine.

Je réponds ici à ces questions dans un dialogue imaginaire, comme elles pourraient se poser lors des premières années d’études à L’Université à ceux qui décident d’aborder le métier de psychologue. Mais ces questions sont aussi celles de ceux qui s’interrogent sur ce que renferme cette méthode analytique qui demeure l’une des plus passionnantes de l’histoire du soin, et à laquelle la médecine vient discrètement se nourrir depuis des siècles, tout en en critiquant parfois l’efficience. Freud était un neurologue, il puisa et structura la méthode analytique afin de soigner là où la médecine de son temps était totalement inefficace. Lacan était un médecin psychiatre. Il fit de même face à l’innocuité de certaines prises en charge et à l’absence de véritable modèle clinique et étiologique. Aujourd’hui, malgré les récentes découvertes, l’imagerie médicale, les neurosciences, etc… c’est toujours le cas : Le modèle de la médecine seule demeure incompétente devant la maladie psychique, elle peut au mieux, en faire taire les symptômes : la boulimie, l’anorexie, la dépression, la psychose, les syndromes post-traumatiques, l’addiction, le suicide… La psychanalyse propose un modèle scientifique de l’appareil psychique qui n’a pour l’instant, aucun équivalent, ni en termes de clinique, ni en termes d’explications étiologiques des troubles.

à quoi ça sert de parler ?

Parler de la parole c’est comprendre que le discours renferme plus de dimensions que le seul sens qu’on pense lui donner, il existe donc qu’une partie de ce qui est dit qui nous échappe, c’est certainement ce qui nous distingue encore d’une machine. Or, c’est ce qui pose problème : certains pensent qu’ils suffit de s’exprimer clairement pour être compris. Une fois de plus, ce mode d’échange est celui de l’informatique, non celui des êtres humains. Comme dans la parole, nos actes, nos choix, nos engagements, nos répétitions, nous échappent pour partie. C’est une idée particulièrement dérangeante pour certains, que de penser qu’ils n’ont pas tout pouvoir sur ce qui motive les actes et que cela demande un effort pour y accéder, et tenter de comprendre pourquoi l’on répète et l’on échoue. D’autres se questionnent sur leurs échecs, leurs répétitions, impasses et entraves et la source de leurs souffrances, et souhaitent véritablement se sortir de ces situations.

Qui peut nier la force de la parole ? Dans l’interdit, dans les soins de la mère, dans celle du grand-père ou de l’être aimé, celle qui détruit et avilit, celle qui reconstruit, qui libère et qui dévoile, celle qui construit le corps et qui le meurtrit… la parole absente qui plonge dans d’obscurs abîmes de déréalité, et puis cette parole qui nous échappe toujours, preuve d’une perte, d’une séparation. Pour faire simple, le psychanalyste écoute le discours en filigrane, celui qui se raconte au-delà de ce qui est dit, il écoute TOUTE la parole de l’analysant,  ce qu’il tente de dire sans y parvenir, ce à quoi il tente d’accéder lui-même mais qu’il ne peut entendre (et qui le fait souffrir), ce qu’il aurait voulu dire à un autre, et qu’il va enfin dire ici… et surtout, aux liens, aux associations qui vont surgir lors de la séance entre les phrases et les mots, et à leurs conséquences qui laissent entrevoir les mécanismes inconscients et leurs répétitions.

la psychanalyse est-elle une science exacte ?

La psychanalyse n’est pas plus une science exacte que la médecine, mais elle s’articule avec les connaissances médicales et offre une lecture étiologique et une méthode.

La psychanalyse est, et demeure à contre-courant, pour une raison assez simple : elle tente de libérer les hommes et les femmes en donnant accès à leur propre destin, et à travers ce même mouvement, elle s’attaque à ce qui fait souffrir et entrave ce but. C’est en grande partie la raison des polémiques autours de la psychanalyse. Elle réclame de la part de l’analysant, une position d’humilité et de courage.

la psychanalyse est-elle réservée à une élite ?

Il n’est pas simple de parler de ce qu’est la psychanalyse car elle ne se vend pas, elle ne demande rien, ne revendique rien sinon la possibilité pour chacun de choisir son destin. Elle est efficace en redonnant à la personne le contrôle de sa vie sans l’aide d’une quelconque industrie ou institution.

Au fil des années, j’ai observé la violence des attaques envers la psychanalyse, cela à toujours été le cas. On attaque  ses représentants sans même en avoir étudié les travaux, Freud, Lacan, Winnicott, Mélanie Klein et tant d’autres… pour y préférer les discours simplistes des marchands, interdisant du même coup au plus nombreux, l’accès à ces soins.

De formation scientifique, voici pourtant plus de 30 ans que j’en traverse l’acuité et la véracité clinique sans jamais y avoir constaté aucune impasse tant sur le plan théorique que psychothérapique. La psychanalyse n’est donc pas réservée à une élite intellectuelle argentée, elle se pratique encore dans certains Centres Médicaux Psychologiques (CMP) et est donc prise en charge par la sécurité sociale dans ce cadre. Le fait qu’elle soit de moins en moins présente dans les centres  médicaux et qu’elle ne soit pas remboursée en cabinet privé est un choix politique.

les psy sont des escrocs, c’est une croyance !

Les psychanalystes sont décriés, ridiculisés, caricaturés, tant mieux. Leur formation universitaire à la psychologie est  rendue toujours plus ardue et elle est une référence dans le monde scientifique au point que la formation des psychiatres demeurant incomplète face aux maux du psychisme, nombreux se forment à la psychanalyse, tentant de parfaire une formation bien pauvre en terme d’étiologie et de clinique, se raccrochant à la neuropsychologie afin de vérifier des thèses défendues par Freud il y a plus d’un siècle.

Aucune psychiatrie n’est en mesure de traiter la plupart des affections communes sauf à (parfois) éradiquer leurs seuls symptômes au prix de traitements chimiques très coûteux en terme d’effets secondaires métaboliques, psychiques et financiers.

La psychanalyse vient justement s’articuler avec la médecine tout en positionnant le praticien à une place exactement opposée… oui je sais, c’est compliqué.

Le patient qui souffre consulte-t-il un psychologue ou son médecin de famille ? Vous avez la réponse ? Alors en qui croit-il ?

Nous vivons une époque de la religion médicale et scientiste. L’espérance en un monde apaisé et heureux nourri par les progrès de la science et de la médecine est une utopie. Depuis Copernic, puis Einstein, nous savons que tout modèle scientifique est une oeuvre de construction transitoire. La psychanalyse raconte l’homme en ce qu’il est un être de langage et de pensée. Elle libère justement de la croyance et émancipe en proposant à chacun de se rendre autonome et libre. C’est en cela qu’elle est une science au sens éthique de ce mot et qu’elle demeure une méthode résolument subversive.

Pour aller plus loin :

Lien consœur : Marianne Carabin, Psychanalyste, Qu’est-ce que la psychanalyse ?

Un ouvrage passionnant de Simone Korff-Sausse,  Dialogue avec mon psychanalyste, paru en 2005

Simone Korff-Sausse est psychanalyste, membre de la SPP. Docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, elle est maître de conférence à l’université Denis Diderot Paris 7. Elle a une longue expérience auprès de personnes handicapées et de leur famille. Elle a notamment publié Le miroir brisé, l’enfant handicapé, sa famille et le psychanalyste (Paris, Calmann-Lévy, 1996) et, avec Cécile Herrou, L’intégration collective de jeunes enfants handicapés (Toulouse, érès, rééd. 2007) sur son expérience dans la halte-garderie La maison Dagobert.

Alain Vanier, Une introduction à la psychanalyse, ed. Armand-colin. A. Vanier est Docteur en médecine (AIHPP, Ancien Psychiatre des Hôpitaux), docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, Habilitation à diriger les recherches. Il commence une analyse en 1970 et fréquente l’École freudienne de Paris. Il est aujourd’hui analyste membre d’Espace analytique (A.F.P.R.F)

Qu’appelle-t-on “l’orientation” du psy ?

La psychologie clinique telle qu’elle fut édictée par Lagache ou Favez-Boutonier s’enrichit aujourd’hui de nombreuses techniques, parfois assez novatrices, au point que la personne en demande d’aide finit par s’y perdre. L’orientation d’un psychologue est primordiale afin de comprendre la manière dont la personne en souffrance sera prise en charge, puis traitée.

L’orientation d’un psychologue permet de connaître le domaine dans lequel il est  particulièrement compétent mais aussi la position qu’il va occuper dans le cadre thérapeutique, et cette orientation se doit d’être clairement perçue par le patient. Certaines approches sont tout bonnement incompatibles tant elles engagent le psychologue sur des routes opposées.

Si la psychanalyse demeure la voie la plus efficace dans la recherche et l’écoute étiologique des souffrances, il est tout à fait possible d’en passer par les outils de psychologie clinique, ou les détours du soutien et de l’étayage, voire  de la guidance ou dans certains cas, des tests psychotechniques, surtout au début d’une prise en charge. En revanche, il  semble  inconcevable pour un psychologue digne de ce titre, de se passer de l’apport de la psychologie d’orientation psychanalytique sous le prétexte qu’elle n’est pas “à la mode”. Il n’est pas toujours simple de résister au discours simpliste qui occupe certains réseaux et de ne pas surfer sur ces discours pour vendre du service tous azimuts…

De même, afin de faire feu de tout bois, on peut prétendre cumuler toutes les approches, les TCC, la psychanalyse, la Psychologie “positive”, l’EMDR, la PNL, la pizza et la boucherie-charcuterie. Il est  par exemple difficilement concevable de cumuler le titre de psychanalyste avec celui de spécialiste des Techniques Comportementales ou de pratiquer l’EMDR…, tant ces courants s’opposent. Freud lui-même face à Charcot puis à Breuer, avait parfaitement identifié les mécanismes qui régissent les effets de l’hypnose par exemple, ou ceux  de la conscience altérée  et avait décrit les bénéfices et les limites de ces techniques. Les résultats de l’hypnose sont connus depuis plus d’un siècle et font partie du cursus de psychologie… La méconnaissance de la psychopathologie favorise l’amalgame entre toutes ces approches qui pour la plupart, se diffusent d’autant plus facilement qu’elle se réduisent à peu de chose et peuvent être comprises du grand public justement par leur approche simpliste du soin psychique, avec toujours, en toile de fond, la volonté de guérir par magie, sans effort, et sans même s’en rendre compte.

Sans porter de jugement sur l’efficacité des ces approches, les techniques cognitivo-comportementales (TCC) ou l’EMDR, sont à l’opposé de la psychanalyse. Il est important de rappeler que les bonnes approches sont celles qui permettent au patient d’atténuer sa douleur ou sa problématique sans altérer l’intégrité de sa personne.

Pour autant, deux typologies de praticiens peuvent être distinguées : ceux qui s’intéressent à la disparition du symptôme en faisant fi de son étiologie (au risque de voir ce symptôme se déplacer ailleurs), et ceux qui s’intéressent à l’étiologie du symptôme pour en faire disparaître la manifestation. Autrement dit, le premier pense que la souffrance provient du symptôme (l’angoisse, la dépression, les tocs, la timidité, l’anorexie..) le second praticien, que cette manifestation (ce symptôme) est l’expression d’un véritable conflit auquel la personne ne peut avoir accès ou qu’il ne comprend pas, qu’il ne parvient pas à contrôler. Or, si on ne s’intéresse qu’aux symptômes, au prix de quelques effets indésirables ou secondaires, il est tout à fait possible de faire disparaître n’importe quel symptôme, non-seulement à travers les psychotropes mais aussi d’autres substances…

Il s’agit donc là de deux positions diamétralement opposées.

Dans un monde très concurrentiel, certains praticiens n’hésitent pas à proposer une multitude de prestations tel un fast-food, croyant pouvoir se passer de l’espace déontologique qui doit les animer et plus encore, de l’éthique parfois aride (être psychologue est un métier d’engagement) à laquelle ils doivent se tenir.

Le narcissisme, l’incidence actuelle des réseaux qui profitent plus aux séducteurs et aux magiciens qu’aux praticiens, et enfin les sirènes de l’avidité poussent parfois certains psychologues à proposer différentes orientations à la fois afin de séduire un public toujours plus large et souvent désorienté . Il convient de rester vigilant. Le praticien qui séduit, celui qui se montre, se démontre et se met en scène, s’écarte de ce qui doit être le centre de son travail : la souffrance du patient. Le praticien se doit de disparaître derrière cette exigence.

L’étiologie est l’histoire de la souffrance, du trouble ou de la maladie. C’est aussi son origine et ce qui la provoque, et c’est surtout la prise en compte de la personne dans sa propre histoire et sa réalité.

Thérapies douces, brèves, etc…

Le monde de la thérapie est concurrentiel. De nombreuses thérapies miracle envahissent les réseaux et souvent les ondes radiophoniques, portées par une grande compétence oratoire, un sens de la publicité et un ARGUMENT VENDEUR, qui n’en doutons pas, répond comme un écho à une véritable carence de la part de nombreux acteurs du soin : la “bienveillance“, pour ne pas dire, le maternage… à ne pas confondre avec “la neutralité bienveillante“, qui est son contraire.

Sur la toile, les évocations ésotériques et volontairement nébuleuses de prestataires débordant d’intentions positives, sont innombrables. Ces praticiens auto-proclamés de la technique miracle s’inscrivent dans une grande et respectable histoire de l’écoute et de la guidance, répondant aux questions fondamentales de l’existence, celle des magiciens et diseuses de « bonne aventure » qui auront toujours éclairé le genre humain de réponses et de déterminismes. Ils se déclinent aujourd’hui en mentalistes ou malheureusement aussi, en gourous…

On entends parler de thérapies (vendues comme) brèves, ici, des thérapies quantiques, hypnose qui spécifient Ericksonienne ou transcendantales, ou hypnose bienveillante, psycho-énergétiques, psycho-zen, positives, là entourées de « douceur » et de “bonnes intentions revendiquées” (…)  qui masquent plus généralement une grande incompétence mais aussi une véritable capacité à s’adapter à un marché du soin perdu sous les appellations et les titres.

Ces courants de la psychologie “positive“, “calme“, “non douloureuse“… viennent en miroir de la progressive prise en compte de la souffrance médicale, mais détournent les patients des praticiens diplômés dont le métier est justement cette prise en charge, dans le respect de la personne et de l’éthique.

L’hypnose, Freud l’avait en son temps, déjà depuis plus d’un siècle, remisée pour sa faiblesse en termes thérapeutique. La formation à l’hypnose par un organisme privé indépendamment de toute validation par un diplôme universitaire (Ericksonienne), fait florès et de nombreux psychologues, voire même psychanalystes (au mépris de leur profession), trouvent plus lucratif de proposer ce genre de thérapie magique, qui correspond bien à notre époque du “tout / tout de suite / sans que ça coûte”, d’autant plus que l’hypnose est parfois utilisée par des médecins, alors là, y’a aucun doute sur la valeur de cette approche…. Ce sont toujours les psychologues qui sont incapables de se constituer une patientèle fidèle et de qualité qui optent pour ces pratiques, à l’opposé du métier pour lequel il sont formés. Mais il est exact qu’un cabinet coûte cher, et qu’il faut parfois le remplir en répondant à la demande d’un public toujours plus demandeur de solutions et de miracles. Quand je croise ce type de confère qui ose cumuler psychanalyse / psychologie et hypnose, je leur suggère souvent de faire aussi point-relais et boucherie charcuterie, on sait jamais…

Or, c’est à la souffrance psychique que se consacrent les psychologues cliniciens. Au delà d’un effet de mode et de la grande supercherie autour d’une thérapie “sans effort”, “sans coût” ou sans “changement” (car tel est l’enjeu), c’est contre toute attente, la croyance en la technologie médicale qui est ici convoquée; Celle qui par simple ingestion d’une molécule, ferait disparaître la souffrance. C’est souvent le cas dans le cadre d’affections somatiques avec un certains succès et parfois de lourds effets secondaires, ce n’est qu’assez rarement le cas dans le cadre de souffrances psychiques sauf à l’articuler à une véritable prise en charge psychologique ou psychanalytique.

C’est dans ce but que sont formés les psychologues cliniciens. Cette formation se compose d’un cursus de 5 à 8 années d’études universitaires dont des centaines d’heures de stages obligatoires en institutions psychiatriques (plus de 600), qui ouvrent non seulement sur une compétence qui vient s’articuler à la connaissance médicale somatique (les premières années de formation sont consacrées à la neurologie, à la génétique…), mais aussi à l’écoute de la souffrance et à son traitement. Or, la guérison est AUSSI un douloureux et solitaire processus, qu’il s’agisse d’un cancer ou d’un trouble psychologique. L’analyste compétent vise cette autonomie du patient et cet horizon de guérison du sujet, il est formé à cela. Le véritable professionnel de santé est JUSTEMENT à même d’équilibrer sa méthode entre la capacité du patient à “bouger”,  à endurer ces changements de places et de comportements, et la mission déontologique de soin et d’engagement de psy qui lui incombe de permettre au patient de se libérer de sa souffrance. Ces puissants mouvements sont souvent coûteux en terme d’énergie mobilisée. Seuls les magiciens font disparaître les objets d’un tour de baguette magique, mais il s’agit d’un spectacle et non d’une thérapie, même si l’art peut révéler des fonctions thérapeutiques, il n’y a pas de doute sur ce point.

La croyance en la “douce magie” thérapeutique est issue de la confusion des genres, entre maternage et thérapie.

Fort heureusement, la voie de la chimie médicamenteuse, si elle ne fait qu’apaiser les symptômes, peut parfois aider à entrer dans un véritable processus de traitement à travers les techniques psychologiques ou psychanalytiques. Pourtant, quel professionnel de santé sérieux pourrait vous affirmer qu’une thérapie sera brève ou sans douleur à la simple évocation d’un symptôme ?

Les connaissances médicales et scientifiques évoluent ainsi que leurs validations. Certaines techniques ésotériques pourront peut-être bénéficier de consolidations scientifiques et universitaires. Dans cette attente, la dimension récréative de nouvelles thérapies auto-proclamées ne doit pas laisser penser qu’il s’agit là d’autres activités que des distractions qui peuvent parfois soutenir et apaiser des véritables souffrances, mais se targuer de bienfaits thérapeutiques relève simplement de la manipulation et de l’escroquerie. Si les cursus de médecine ou de psychologie clinique ne garantissent en rien la qualité des hommes, ils garantissent au moins le bagage d’une connaissance théorico-clinique indispensable.