Les mots derrière le masque

Conditions de reprise des consultations en présentiel

Il est difficile de penser, de se projeter vers l’après cette pandémie. Mais comme toute guerre, les moments de confinement auront convoqué chez chacun les ressources nécessaires pour tenir psychiquement face à ces contraintes.

Comme toute situation traumatique, l’événement fait obstacle, le monde d’après est fait d’incertitudes et de questionnements, de choix parfois difficiles, professionnels, personnels, relationnels… Le choix est toujours un renoncement mêlé d’abandon, il peut être un moment d’angoisse mais aussi l’occasion d’une aventure intérieure, d’une véritable sensation de liberté et d’un changement de position.

Pour que ce mouvement s’instaure ou se poursuive chez ceux qui étaient déjà en thérapie chez le psychologue, il est important de ne pas interrompre le travail et au contraire, de s’appuyer sur ces événements pour enfin “déconfiner” la parole.

Être social, l’humain se construit dans le rapport à l’autre. Après plusieurs longues semaines de confrontation au quotidien, soit dans la complète solitude physique et corporelle, soit dans la promiscuité de conjoints, d’enfants, mais aussi de parents (pour les jeunes enfants), la dimension du réel semble s’imposer comme un obstacle, et le rêve, le fantasme peinent à se nourrir de vie sociale, de contacts, de diversité et parfois de relations interpersonnelles.

Même si le corps et le geste accompagnent l’intention et le rapport social, le langage se joue du masque. A partir de maintenant, nous devrons porter plus d’attention à la parole, au regard. Le psychologue offre enfin un espace de parole intime, apaisé, confidentiel et relationnel, confisqué durant ces deux mois d’immobilité. Cette période fut et sera paradoxale car isolée mais sous le bombardement assourdissant d’une sur-activité médiatique mêlée d’injonctions contradictoires et de culpabilité.

De façon plus général, la thérapie chez le psychologue vient déconfiner le patient, l’aider à sortir de l’enfermement intérieur de l’angoisse, de ses répétitions, lui insuffler un mouvement vers de nouvelles perspectives. Pour les enfants, les adolescents comme pour les adultes, ce moment que nous traversons doit donc s’accompagner d’un étayage, d’un suivi thérapique libérateur afin que ces événements et leurs éprouvés se mettent en mots, ne se manifestent pas à travers le symptôme et ne fassent pas obstacle à la suite de la vie.

L’enfant est certainement le plus vulnérable mais il fait face. Il est soudainement convoqué à une place responsable, au cœur d’enjeux économiques et sociaux dont il ignore la systémie. L’insouciance et la plainte lui sont confisqués et il se voit violemment confronté à un monde adulte ordonnant de taire son angoisse. L’enfant est le réceptacle silencieux des peurs adultes et certains parents ne les épargnent pas en leur faisant partager leur réalité, abandonnant leur position ‘barrière’. Ce faisant, les enfants refoulent l’enfance au plus profond d’eux. Le psychologue doit être à cette écoute de l’enfance confisquée, parole enfin séparée de son environnement contraint, privée, loin de toute “consigne” sanitaire ou comportementale.

Le psychologue Clinicien est un professionnel de santé inscrit au registre Adeli de l’ARS

Le cabinet de consultation rouvrira le lundi 11 Mai dans des conditions adaptées
aux contraintes sanitaires imposées par le COVID-19

 

  • Le psychologue est placé à 1 mètre de vous lors de la consultation.
  • Le cabinet met à votre disposition UN masque si vous n’en disposez pas.
  • Des sprays d’alcool sont à votre disposition à l’entrée du cabinet. Vous pouvez aussi vous équiper de gants, une paire est à votre disposition.
  • Le fauteuil est quant à lui désinfecté après chaque patient et le divan est équipé d’une housse, elle aussi désinfectée.

Pour ce qui concerne la prise en charge des enfants :

  • les jouets sont désinfectés après chaque séance et dans la mesure du possible, il est recommandé de demander aux enfants de venir avec leur propre masque.

D’autre part, pour ceux qui le désirent, la prise en charge par Skype se poursuit.

ATTENTION

Vous devez impérativement envoyer un mail à l’adresse : contact@psychologueparis12.org
afin de confirmer votre RDV et ainsi connaitre en retour les modalités d’accès au nouveau cabinet OU choisir / poursuivre la consultation par Internet.

 

Violence et propos à caractère sexuel chez les petits

Actes et propos choquants à caractère sexuel chez de très jeunes enfants

Le rapport à la sexualité de l’enfant demeure assez mystérieux pour la plupart des parents qui y sont parfois confrontés à travers des actes ou des propos dont la violence questionne ou choque l’entourage, en particulier dans le milieu scolaire.

Ces violences verbales ou physiques affectent le comportement d’enfants toujours plus jeunes et font parfois bouger les lignes de la dimension sociale, voire pénale de l’acte sexuel tant ils redéfinissent, encore et toujours, la condition d’Enfant. En tant que psychologue clinicien, je suis de plus en plus sollicité pour la prise en charge d’enfants, mais aussi de parents inquiets, souvent adressés par des psychologues scolaires ou des professeurs.

Si Freud en son temps choqua par son analyse de la sexualité infantile et par extension de la sexualité tout court, ses principes demeurent toujours et encore mal compris du fait de la confusion induite par la vulgarisation et les mésusages du vocabulaire psychanalytique.

La sexualité “élargie” telle que la nommait Freud n’est pas une sexualité génitalisée, elle n’évoque pas l’organe sexuel. Elle découle d’une pulsion de vie, ou plus exactement d’une pulsion physiologique visant à se maintenir en vie. Ce mécanisme à la fois inné et acquis, corporel et psychique, dirige l’enfant vers l’alimentation et tous les apports nécessaires à sa survie. Ils se manifestent à travers la succion (du sein maternel), la miction, la défécation…

Mis en mouvement par la pulsion, le plaisir est donc le “plus”, fruit de l’apaisement, du contentement et de la satisfaction de ses besoins vitaux. L’absence de ces satisfactions provoque une agonie physique et psychique. A l’inverse, le souvenir de ce “plaisir ajouté” perdure à travers la sollicitation des organes concernés (bouche, fesses, …) ainsi que les sens (odorat, vue, toucher…).

Cette sexualité infantile perdure ainsi dans la sexualité adulte. Ce qui caractérise la sexualité de l’enfant c’est avant tout une diversité dans les sources de plaisir, une autoérotisation et une absence de focalisation génitale, si ce n’est dans le cadre d’une recherche de plaisir différent ou plus efficace.

Même si le plaisir peut être issu de l’organe sexuel, à travers la miction ou la masturbation, il ne s’agit pas encore d’une sexualité au sens adulte du terme. La découverte de la sexualité génitale à travers la masturbation procure une forme d’apaisement organique lié à la sécrétion hormonale (dopamine, endorphines, sérotonine, ocytocine…) qui vient une fois de plus remplir une fonction d’apaisement.

Pour le psychologue clinicien, la dimension sexuelle des comportements doit aussi être entendue comme une décharge procurant un apaisement plus que du plaisir. La fonction d’apaisement de l’orgasme perdure chez l’adulte et peut d’ailleurs prendre des formes pathologiques lorsqu’elle n’occupe que ce rôle et vient se substituer à toute autre forme de relation.

Il est donc important de considérer les excès sexuels de l’enfant comme des solutions répondant à des stress, à des angoisses non-élaborées, non-verbalisées.

Le questionnement sur les organes sexuels différenciés entre petites filles et petits garçons arrive très tôt chez l’enfant et donne lieu à des constructions fantasmatiques parfois horrifiques.

Contrairement à une idée reçue héritée de libération sexuelle, la sexualité infantile n’est pas seulement une leçon de choses ou une explication fonctionnelle. La masturbation reste un tabou dans nos sociétés, en particulier la masturbation des jeunes filles qui est souvent niée ou occultée par les parents, heurtant un interdit culturel ou religieux lié au plaisir.

Or pour le psychologue, la masturbation est un mécanisme naturel occasionnel et passager. Excessif, il révèle une angoisse qui trouve là un moyen d’apaisement à défaut d’un autre. Le psychologue est alors à l’écoute de ce conflit et guide l’enfant vers d’autres formes d’apaisement, à travers l’alliance thérapeutique et la médiation, l’expression de ce conflit.

La violence des représentations sexuelles adultes (pornographie, images sur-érotisées, vocabulaire ou insultes à caractère sexuel évoquant des actes sexuels…) agit comme une effraction sur la sexualité infantile qui souvent marque le psychisme au même titre qu’un trauma. L’imaginaire (au sens “des images”) s’impose alors en boucle comme une limite aux fantasmes (à la construction fantasmatique personnelle de l’enfant, ou du sujet), comme il vient parfois s’imposer dans les troubles sexuels liés à la pornographie et les symptômes évoquent ceux du post-traumatique. De même, l’enfant tente d’interpréter les images ou les propos des adultes en construisant des modèles parfois empreints d’une grande violence, puisés dans un monde de représentation archaïque, et qui se manifeste parfois à travers le symptôme, la phobie par exemple.

Ainsi, assistant à une scène primitive parentale, l’enfant cherche à en comprendre la signification et les portées sexuelles sans y parvenir.

L’enfant ne perçoit pas la dimension sociale et interpersonnelle de l’acte sexuel, mais plutôt un encodage de ses propres pulsions qui ne trouvent pas d’autre médiation, d’autres moyens d’élaboration. Il dirige alors cette demande d’apaisement vers le sexe opposé dans ce but, tout en faisant référence à un vocabulaire et souvent une crudité, dont il ignore toute dimension sociale et culturelle.

Les conflits psychiques ne sont pas l’apanage des adultes. La culpabilité, la mort, l’anéantissement, la peur, l’abandon… sont très tôt présents dans la vie du jeune enfant et du nourrisson (Mélanie Klein). Ils se construisent à partir d’un vécu physiologique mais aussi d’une vie psychique constituée des éléments psychologiques parentaux inconscients, environnementaux, parfois à travers des situations familiales douloureuses, conflictuelles, voire toxiques… niées par les parents eux-mêmes.

A travers sa sexualité, le jeune enfant exprime le rapport au corps et à l’interdit issu de son éducation, de son parcours identitaire et culturel.

naissance enfant

De plus, l’expression sexuelle publique chez de jeunes enfants, trouve dans cette crudité, un moyen disruptif de choquer le parent, de le solliciter et de le convoquer. Le passage à l’acte n’est une fois de plus qu’un moyen de manifester au monde le conflit et de réclamer une prise en charge, une écoute et un moyen d’apaisement qui peut aller jusqu’au besoin de châtiment ou de punition venant alors apaiser la culpabilité ou le conflit.

Le psychologue répond à cette demande en ce qu’il tente d’offrir un espace confidentiel d’élaboration en dehors du contexte environnemental.

Il peut arriver que ces expressions choquantes de la sexualité adulte de la part d’un enfant révèlent sa manière d’affirmer sa place en tant que garçon ou fille, en rival du parent de l’autre sexe dans le cadre d’un œdipe. La figure paternelle est alors un référent dans l’image de la masculinité véhiculée par le père, consciemment ou inconsciemment. On peut alors prendre en compte l’incidence culturelle ou religieuse de la place de la femme dans la famille / société, la manière d’affirmer l’identité masculine à travers la violence, la force physique… De même pour les petites filles, trop rapidement confrontées aux éléments symboliques de la sexualité féminine : sur-érotisation du corps, affublé des apparats et des signifiants de la sexualité adulte, lèvres rouges, ongles peints, chaussures à talons, vêtements très près du corps ou singeant sans en comprendre le sens les mouvements de la sexualité génitalisée. Dans tous ces cas, l’enfant assume une place douloureuse qu’il ne doit pas tenir auprès de ses parents. L’enjeu thérapeutique est donc de lui ré-accorder une place d’enfant dont la responsabilité en tant que sujet, puis en tant qu’adulte responsable, doit suivre une courbe développementale psychosexuelle cohérente et respectueuse de son propre rythme. Ce travail ne doit pas être mené dans l’opposition au modèle éducatif parental mais dans le respect et la connaissance d’un modèle, culturel, religieux ou politique, dont ils ont eux-mêmes hérité, parfois comme une normalité évidente qui s’impose. Les jeunes enfants auxquels on rechigne à imposer la règle et la limite sont toujours marqués par l’angoisse et le faux-self, l’agitation psychomotrice, singeant un comportement responsable tout en n’ayant pas accès à l’enfance. A l’inverse, l’intransigeance, le retour à l’interdit et surtout à la culpabilité autour de la sexualité provoque immanquablement d’autres situations parfois tout autant symptomatologiques.

L’espace psychothérapique est donc un lieu d’exception confidentiel et séparé, dans lequel l’enfant peut déplier et revisiter, reprendre sa place, parfois en s’accordant un répit et une véritable régression, mais il peut aussi être celui des parents dans une tentative personnelle de décryptage d’une situation éducative conflictuelle. La sexualité infantile peut alors s’intégrer comme un élément du développement évolutif et suivre un certain nombre de stades conduisant à l’explosion adolescente, à la génitalité et à la construction identitaire adulte.

Chaque enfant et chaque famille est différente mais le recours au psychologue à travers la guidance parentale ou la prise en charge thérapeutique individuelle est le signe d’une recherche courageuse de solutions, c’est aussi un savoir clinique qui peut se diffuser lors de colloques ou d’interventions publiques.

Qu’est ce qu’une mère toxique ?

Le divan est souvent la place d’un questionnement sur le normal et le pathologique.

L’éducation, les modalités de cette éducation, la confrontation à des parents maltraitant, parfois dans une indifférence voire une revendication de de tel ou tel choix éducatif, interrogent le patient sur les effets délétères dont il cherche à se défaire, cinq, dix, parfois vingt ans après l’enfance.

‘L’amour’ est parfois une des modalités de cette toxicité destructrice à l’insu de chacun. La dimension transgénérationnelle et inconsciente de ces comportements pathologiques forge celui des enfants et ainsi de suite jusqu’à mettre en évidence une impossible destinée, une impasse, une situation de blocage ou de répétition. Cela peut survenir lors d’une situation traumatique vécu dans le réel d’une actualité, mais aussi dans une incapacité à procréer ou à se projeter dans un une position maternelle ou paternelle. Il peut aussi s’agir d’une instabilité professionnelle ou une incapacité à dépasser un certain cap de l’existence, sans que cela semble être en rapport avec la compétence ou le désir de progresser.

Il est alors nécessaire de déconstruire les éléments ambivalents de ce qu’on appelle parfois l’amour maternel ou l’amour paternel, en comprendre l’articulation et les écueils. La folie n’a jamais été un obstacle à la procréation.

Le Psy et la déontologie

Le métier de psychologue implique le respect de nombreuses directives édictées par le code de déontologie du psychologue. Ce code qui protège le patient doit s’imposer quelle que soit l’orientation du psy, comportementaliste, psychanalytique ou autre. Ce code est aussi un guide du praticien soucieux de la nature du rapport transférentiel qui

se révèle dès le premier entretien.

La formation avant tout

Article 1
L’usage du titre de psychologue est défini par la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 publiée au J.O. du 26 juillet 1985. Sont psychologues les personnes qui remplissent les conditions de qualification requises dans cette loi. Toute forme d’usurpation du titre est passible de poursuites.

Pour le résumer en quelques points importants, la déontologie du psychologue décrit la “bonne distance” qui doit s’imposer et spécifier la typologie du rapport thérapeutique. Le psychologue est un professionnel de santé diplômé d’État qui dans le cas des psychologues psychanalystes se double d’une connaissance des enjeux inconscients du rapport particulier de cette situation.

En effet, le psychologue psychanalyste, de par le travail qu’il aura lui-même effectué “sur le divan”, sait combien ce rapport si unique, si riche, si proche, ne peut être confondu avec une relation amicale ou amoureuse même si elle en prend la couleur pour le patient. C’est en étant attentif à la nature de cette relation et en soutenant son patient dans le cadre d’une méthode thérapeutique que le praticien peut aider et soutenir son patient. En psychanalyse comme en psychologie, il s’agit de relations humaines et il n’est pas toujours simple de garder une bonne distance avec les personnes en grande souffrance, mais l’implication personnelle du praticien dessert toujours le patient et fait obstacle à ses capacités méthodologiques, révèle aussi ses carences. De plus, le praticien doit être conscient qu’un lien trop fort avec un patient ne permettra pas à celui-ci de se libérer et de gagner en autonomie, ce qui est finalement le but de la thérapie. La trop grande proximité est souvent la marque d’un manque de professionnalisme, comme la trop grande distance d’ailleurs. Ce que vient déposer un patient chez un psychologue est d’une nature confidentielle, secrète, intime et surtout encadrée, hors de toute prérogative sociale. Le paradoxe est qu’afin d’en garantir la nature thérapeutique, le praticien doit se servir de ce qu’il ressent pour un patient comme d’une source d’informations cliniques. Ce qui ne signifie pas qu’il n’est pas touché par cette relation. C’est là toute la formation du praticien que de maintenir le patient au centre du travail et non lui-même et son propre ressenti brut comme source de diagnostic. Le praticien est à même de décoder un sémiologie (étudier les signes) afin de traduire un sentiment (de bizarrerie, de décalage) en un élément propre à éclairer la méthode thérapeutique.  Ainsi, si la question se pose dans le cadre des mouvements transférentiels positifs, elle doit aussi se poser lors de phases oppositionnelles ou d’agressivité, de défense ou de résistance envers le praticien, mouvements qui ne maqueront pas d’émailler le travail thérapeutique. Le praticien formé est là pour recevoir ces mouvements comme d’autres, et ils servent alors le travail thérapeutique.

Conséquences pratiques

Le praticien ne peut entretenir de rapports personnels avec un patient, sauf à sortir du cadre thérapeutique. Le psychologue travaille avec la parole. La trop grande proximité physique n’est pas possible. Un praticien ne peut donc prendre en thérapie un ami ou un proche. Il n’est pas possible d’entreprendre un travail thérapeutique avec un couple si l’un des deux patients est déjà en travail chez le même thérapeute…

Le psychologue tient ses compétences de connaissances théoriques régulièrement mises à jour, d’une formation continue et d’une formation à discerner son implication personnelle dans la compréhension d’autrui. Chaque psychologue est garant de ses qualifications particulières et définit ses limites propres, compte tenu de sa formation et de son expérience. Il refuse toute intervention lorsqu’il sait ne pas avoir les compétences requises.” Cet article met l’accent sur les dérives qui émaillent souvent le discours psychologique, comme d’ailleurs le discours médical. Le professionnel de santé ne doit jamais être dans la toute puissance de sa méthode. Il doit toujours s’inscrire dans un parcours au sein d’autres praticiens certifiés. L’absence de formation diplômantes certifiées n’est donc pas seulement le signe d’une absence de compétence mais surtout, l’indice d’une incapacité à s’inscrire dans un référentiel partageable par d’autres professionnels de santé à travers un socle commun de connaissances et un vocabulaire commun (une nosographie). La confidentialité absolue et le cloisonnement de ce qui se joue en thérapie ne signifient pas un isolement du thérapeute. “ Le psychologue peut éclairer sa décision en prenant conseil auprès de collègues expérimentés.” (Article 13)

Le psychologue a une responsabilité dans la diffusion de la psychologie auprès du public et des médias. Il fait de la psychologie et de ses applications une présentation en accord avec les règles déontologiques de la profession. Il use de son droit de rectification pour contribuer au sérieux des informations communiquées au public. Cet aspect du travail est complémentaire d’une remise en question constante du travail psychothérapique. Le psy doit savoir étayer ses travaux par une maîtrise des concepts et des méthodes qu’il applique. Une communication aux parents est par exemple indispensable lors de la prise en charge d’un enfant. Il importe d’adapter son discours aux parents afin qu’ils comprennent la nature des difficultés que l’enfant traverse. Le psy doit savoir s’appuyer sur des confrères du parcours de santé : psychomotriciens, orthophonistes, ergothérapeutes, mais aussi médecins traitants ou psychiatres en sachant transmettre les données cliniques du patient. D’autre part, la publication d’articles et d’ouvrages, la rédaction d’un blog ou d’un site (comme celui-ci) permet de comprendre l’ “orientation” du psy. Ses diplômes et titres doivent être consultables (un psychologue est toujours enregistré à l’ARS à travers un numéro ADELI).

Mais dans un monde de youtubeurs qui accorde souvent plus d’importance au faire savoir qu’au savoir faire, il convient de se méfier d’une communication trop importante ou trop simpliste. J’ai pour habitude de conseiller à mes interlocuteurs de se méfier de la psychologie de magazine et des raisonnements trop  facilement compréhensibles par tous, trop évidents. Il s’agit toujours d’effets de mode, de démarches à visées publicitaires ou commerciales. La psychologie humaine est complexe et s’inscrit dans une histoire. La déontologie du psychologue est aussi de se tenir éloigné des modes et courants, quitte à rester le seul à défendre l’intérêt du patient. La mode est aujourd’hui à l’approche comportementale et à la culpabilisation. L’injonction à être heureux, à gérer son stress, à être calme, à la méditation, à s’accorder du temps, à être à l’écoute de son corps, à s’aimer soi-même, à l’hypnose… bref, à éviter tout questionnement sur l’étiologie de ces manifestions, les raisons de ces troubles, leur histoire… un repli sur JE plutôt qu’une interrogation sur Moi… Or le comportement n’est pas le psychisme, il n’en est que la manifestation… Se tenir à une déontologie c’est aussi ne pas répondre aux sirènes de ces sollicitations et de ces courants pour y préférer la démarche thérapeutique, le bien de ses patients tout en demeurant critique envers sa propre pratique.

Le Code de Déontologie des Psychologues (France)

Douance, HP, Haut Potentiel, et puis ?

Les demandes de prises en charge d’enfants ou d’adultes réservent parfois de véritables surprises, surtout dans des situations d’échecs scolaires ou dans le cadre de “Bilans de compétences”. L’échec, le sentiment d’être dans une impasse, en décalage, sont parfois les manifestations particulières de capacités supérieures ou de compétences non-diagnostiquées. Mais ces capacités sont-elles pour autant la garantie d’un épanouissement personnel ? La réussite à des tests ou une apparente aisance cognitive voire sociale, sont-ils les gages d’un équilibre psychologique ?  Peut-on être surdoué, en souffrance et en échec ?

Le paradoxe des personnes en “douance”, “surdouance”, ou à haut potentiel, est qu’ils passent souvent à travers les mailles du filet d’une société et d’un système qui est non seulement normatif, mais qui de plus, accorde de moins en moins de place aux intelligences spécifiques. Il existe de nombreuses manières d’aborder l’intelligence et sa définition varie avec le temps et les modes d’évaluation. Le QI n’est qu’une façon d’aborder les capacités intellectuelles. Comme les tests récents régulièrement mis à jours, il s’agit d’une évaluation statistique et souvent morcelée des mécanismes de la pensée. Le cerveau est multiple, il existe de nombreuses formes d’intelligence et contrairement à une idée reçue, une apparente facilité cognitive, ou une mémoire prodigieuse, peuvent révéler un véritable handicap (comme chez certains autistes) et inversement, une apparente inadaptation, sociale ou scolaire, peut cacher des talents extraordinaires.

Si le QI et les tests psychométriques permettent à de nombreux psychologues d’évaluer cette forme de développement sur une échelle dont les fondements sont statistiques ou mathématiques, ils ne permettent en rien de comprendre la condition que traverse une personne HP.

En effet, la dimension sociale et scolaire de ces situations accorde à ces personnes des capacités supérieures à la moyenne qui impliquent une place hiérarchique élevée, un rang valorisé et une facilité d’accès à une situation socialement respectée. Or, c’est passer à coté de la dimension psychopathologique et surtout de la spécificité de la souffrance éprouvée par les personnes à haut potentiel. Il est indispensable de considérer les tests comme un des éléments constitutifs d’une prise en charge globale de la personne. Si les tests permettent parfois de mettre des mots sur la qualification de la souffrance, ils ne permettent en rien d’établir une étiologie de la situation, ni de préconiser une thérapie. De fait, beaucoup de personnes, y compris des psychologues, pensent que la réalisation de tests psychométriques est une aide au diagnostic. C’est en effet le cas, mais ils ne peuvent se substituer au travail thérapeutique qui requiert une approche inverse de compréhension et d’écoute de la personne et une maîtrise de la spécificité  psycho-thérapeutique du profil HP. Sans cette prise en charge spécifique et indissociable, l’annonce de cette douance peut entraver toute tentative thérapeutique.

Ainsi, la situation psychologique que traverse une personne à haut potentiel peut-elle au contraire se refermer sur ce simple constat, cette identité, en obstruant totalement toute dimension globale de l’équilibre psychoaffectif. Le sentiment de décalage, d’apesanteur, une impossibilité à vivre le moment sans faire appel à la pensée… Toutes ces situations nécessitent une importante énergie au quotidien de la part des HP dans le but d’entraver l’accès à la souffrance elle-même, surtout durant les premières années de vie. La douance s’accompagne souvent de troubles compulsifs, de “moulinage” des pensées et de troubles obsessionnels compulsifs (TOC)…
Il est commun de ne pouvoir diagnostiquer les enfants HP que très tard dans leur parcours car l’idée d’admettre une souffrance qui échappe, une difficulté, est en soi difficile. Pour ces enfants, le fait d’exprimer des difficultés que leur intelligence ne peut comprendre et gérer, est souvent vécu comme un échec. Le déni est alors la défense la plus commune, surtout à l’adolescence, et le jeune adulte refuse souvent tout recours psychothérapique, prétextant une bonne gestion de cette souffrance. Le diagnostic après des tests peut donc être contre-productif.

En tant que psychologues cliniciens, nous sommes bien sûr formés aux tests, psychométriques ou projectifs, le Rorschach, le TAT, le WISC le CAT… Ces tests, comme le WISC ou le WHAIS pour les adultes (Wechsler Adult Intelligence Scale), en portant une réponse à la question de la “différence”, apaisent souvent dans le sens d’une reconnaissance de la spécificité de la souffrance du sujet, mais font eux-mêmes l’objet d’une “intégration” intellectuelle et cognitive de ces personnes qui justement, sont en mesure d’en comprendre la logique. Nous restons donc dans une situation balisée, contrôlée et pré-organisée ne favorisant pas l’alliance thérapeutique de soins nécessaire  à l’apaisement de la souffrance sur le long terme.

Il est commun de recevoir en cabinet des enfants ou de jeunes adultes dans un complet déni, refusant toute prise en charge malgré les indications médicales, familiales ou scolaires. Si à travers mon écoute de psychothérapeute, le diagnostic de cette souffrance peut être parfaitement établi, ils ne peuvent accéder à leur état et restent parfois focalisés sur ces tests surtout lorsqu’ils auront été (sur)valorisés par un représentant symbolique (enseignant, médecin traitant, psychiatre…). C’est une situation qui réclame une véritable compétence théorique et étiologique que de pouvoir débloquer la situation. Même si ces tests gardent leur intérêt, il existe des méthodes moins radicales de poser ce diagnostic de douance tout en maintenant, établissant et construisant un lien thérapeutique fort avec la personne.

Ainsi, cela peut paraître étonnant mais la réalisation de tests peut favoriser le repli et le refus d’une prise en charge par désinvestissement de toute possibilité thérapeutique. Il n’est pas rare d’observer des dépressions chroniques chez les personnes HP, ainsi qu’une dévalorisation personnelle voire un repli social et affectif, même si cette personne semble entourée. Les relations sont souvent unilatérales et on vient souvent questionner la personne HP dans une demande et une recherche “d’irradiation” de son haut potentiel. Le HP sait, connait, comprend et maîtrise le monde selon un même référentiel, c’est là la position harassante à laquelle il doit s’astreindre et qui s’impose à lui. On constate donc une impossibilité à se lier et à construire de profondes amitiés équilibrées, à la fois de soutien et de demande affective, avec l’entourage, même avec la famille proche. C’est un signal fort de cette souffrance qui provoque un isolement en un monde affectif intérieur et un rapport intellectualisé aux autres.

Enfin,  à l’issue de la réalisation des tests psychotechniques, si l’annonce d’un contexte de haut potentiel peut soulager, le diagnostic de son absence peut aussi avoir de lourdes conséquences chez le sujet ou les parents, qui parfois, se pensent dans une impasse.

En conclusion, si le diagnostic psychométrique peut être une étape, il faut impérativement comprendre le contexte psychopathologique de la personne HP afin de systématiquement proposer une prise en charge adaptée et mettre en place des outils thérapeutiques basés sur le diagnostic clinique, l’anamnèse, le discours, la structure, et surtout, la fonction de cette douance dans l’équilibre de la personne. En tout état de cause, s’autoriser à recevoir des soins, pour une personne HP, est dans un premier temps, vécu comme un aveu d’impuissance.

Le risque d’une mauvaise prise en charge psychologique est le recours à d’autres approches, d’autres méthodes d’apaisement, pharmaceutiques ou autres.

Le premier entretien

Le premier entretien avec un psychologue est un moment unique. Il permet une rencontre qui souvent orientera les modalités de la thérapie du clinicien. C’est aussi un moment d’écoute et de diagnostic qui permet d’évaluer l’urgence et le mode de prise en charge.

Pour le patient, celui qui vient consulter pour la première fois, c’est parfois une séquence importante de sa vie, un moment de reprise en charge du cours de son destin, de basculement, un moment d’apaisement de la souffrance qui parfois, ne s’exprimera qu’en ce lieu couvert par le plus grand secret du professionnel de santé. Mais il est nécessaire de prendre le temps de choisir un médecin ou un psychologue, parfois en voir plusieurs et se sentir véritablement accueilli, écouté, protégé.

Il n’est pas simple de faire confiance à un psychologue et d’investir cette démarche. Certains renoncent et, prétextant une incompatibilité, préfèrent se détourner d’un problème entravant leur vie depuis des années. C’est une réaction de défense assez compréhensible car malgré la souffrance et le mal-être, il est parfois difficile de changer de vie et de se débarrasser d’un symptôme. C’est un paradoxe et c’est aussi la raison pour laquelle cette première démarche est empreinte d’engagement et d’enjeux pour celui qui consulte la première fois.

Lorsque vous consultez un psychologue, vous êtes en droit de demander à connaître ses diplômes ainsi que son No ADELI, qui atteste de sa qualité de psychologue clinicien. Certains psychologues sont d’orientation psychanalytique, d’autres pratiquent le conditionnement et les techniques comportementales (TCC). Il peut être important d’en comprendre les principes. Vous pouvez parcourir à ce sujet :  Qu’appelle-t-on “l’orientation” du psy ?  ou  Coach et Pseudo Psy, éviter certains écueils .

La durée des séances peut varier entre 20mn et 45mn et fait l’objet d’un accord verbal entre le patient et le praticien.